L'ETCAF et le Système de Justice

Accroissement de la fréquence des déficiences secondaires en l’absence de diagnostics

Le TSAF est caractérisé par des déficiences primaires et secondaires mais, faute de diagnostics, les interventions adaptées en milieu scolaire et social sont limitées ou inexistantes. Cela permet de supposer une augmentation de la fréquence des déficiences secondaires liées au TSAF. Les démêlés avec la justice sont une des « déficiences secondaires » courantes exacerbées en l’absence d’intervention en milieu familial et scolaire et de diagnostic dont on trouve mention dans les travaux de recherche sur le TSAF. Les Autochtones sont surreprésentés dans le système de justice pénale canadien. Nous soulignons en outre que les appels à l’action en matière de TSAF de la CVR ont été classés dans la partie Justice du rapport de 2015 de la CVR. Compte tenu de cette surreprésentation des Autochtones dans notre système de justice pénale, il n’est pas étonnant que des Autochtones atteints de TSAF soient impliqués dans de nombreux actes criminels signalés.

On ne dispose pas d’études sur la fréquence des déficiences secondaires liées au TSAF dans les populations autochtones. L’existence de telles données repose sur une détection et un diagnostic précoces, ce qui pose encore problème dans l’ensemble du pays.