L'ETCAF et le Système de Justice

Bien que la salle d’audience ne soit pas l’endroit où diagnostiquer l’ETCAF, il apparaît souvent dans le processus judiciaire des indices dénotant qu’il est nécessaire d’envisager la possibilité que la personne soit atteinte de l’ETCAF.

S.T.O.P. (Systemic Telltales of the Problems) (Indices systémiques de l’existence de problèmes)

La personne peut :

  • avoir été adoptée ou vivre dans un foyer nourricier;
  • avoir eu des démêlés avec la justice (en particulier, soyez à l’affût d’antécédents de condamnations pour omission de comparaître et omission de se conformer);
  • avoir une consommation abusive d’alcool et de drogue;
  • avoir eu mauvaises expériences scolaires ou abandonné ses études;
  • avoir des antécédents de chômage;
  • avoir des antécédents de divers problèmes médicaux;
  • souffrir d’une maladie mentale;
  • ne pas avoir d’adresse permanente.

Chercher (la personne peut manifester ou non des symptômes physiques).

Traits caractéristiques du SAF :

  • yeux nettement séparés, fente des paupières écourtées, sillon absent ou mal défini entre la lèvre supérieure et le nez, lèvre supérieure fine. (Les trais faciaux peuvent « s’estomper » à l’adolescence et à l’âge adulte);
  • problèmes de dentition;
  • irrégularité du squelette;
  • problèmes d’équilibre ou difficultés motrices;
  • le comportement ou la présentation non verbale peut ne pas convenir à la salle d’audience (cela inclut la tenue vestimentaire);
  • peut dépasser les limites (exagérément amical ou n’entretenir aucun contact avec le personnel judiciaire).

Il faut se souvenir que les aspects physiques de l’ETCAF sont souvent cachés; les indices ne sont peut-être pas évidents.

Écouter

  • problèmes d’élocution possibles (liés à la structure physique de la bouche et aux problèmes de dentition);
  • usage inapproprié de « grands mots » (problèmes cognitifs et d’utilisation du langage);
  • lors de la conversation, suit des directions différentes (problèmes de mémoire à court terme, incapable d’appliquer les conventions du langage, problèmes avec les abstractions);
  • réponses inappropriées aux questions posées;
  • la déposition peut être vague et confuse (problèmes de mémoire, incapacité d’utiliser efficacement le langage expressif);
  • une réponse inappropriée à une question peut dénoter que la personne a des problèmes d’audition;
  • idées de grandeur;
  • processus de réflexion illogiques;
  • répéter comme un perroquet des questions ou des commentaires.

Voix d’expérience :

« Je présumais que mes clients atteints du SAF seraient capables de manifester des remords devant le juge chargé de prononcer la peine. » (Boulding, D., 2001).

« L’accusé s’est exprimé de manière incohérente, décousue et souvent insensible. » (R. c. Henry, [1996, Y.J. no 39, au par. 8 (C.S.), MacCullum Terr. J.C.) (Conry, J. et Fast, D., 2000).

« Il est à noter que l’on a déclaré aussitôt à [l’accusé] qu’il était en état d’arrestation pour meurtre. Néanmoins, il a demandé (à la page 17 des notes sténographiques) : est-ce que je suis dans le trouble? » (R. c. Henry, [1996 Y.J. no 39, au par. 27) (C.S.), MacCallum Terr. J.C.) (Conry, J. et Fast, D., 2000).

« J’ai omis de voir que derrière l’aspect positif et amical de mes clients il y avait un autre problème. Aux yeux de la plupart des juges, des agents de police, des agents de probation et d’autres avocats, mes clients n’avaient pas l’air d’être des jeunes réellement mauvais. Ils avaient tendance à se présenter comme des personnes qui avaient commis un crime pour la première fois et qui avaient fait une " erreur " unique et stupide. Le problème était qu’ils avaient en réalité de lourds casiers judiciaires pour le même genre " d’erreur ". » (Boulding, D., 2001).