L'ETCAF et le Système de Justice

Les jeunes qui effectuent une transition et les adultes atteints de l’ETCAF qui ont un rôle parental à jouer font face à d’énormes défis, tout comme ceux qui travaillent pour les soutenir. Le travail en collaboration visant à créer un réseau de soutien augmente les chances de succès et renforce la promotion de la sécurité.

Comment ça fonctionne

Avec l’aide de son travailleur social, de sa famille, de son autre fournisseur de soins ou de ses amis, la personne atteinte de l’ETCAF choisit qui elle veut inviter à se joindre à son réseau de soutien. Les personnes qui sont invitées à se joindre au réseau de soutien peuvent être des membres de la famille, des amis, des voisins, des amis de l’église, des connaissances faites dans le cadre d’activités sportives ou communautaires, ainsi que des membres du personnel des programmes de soutien communautaire (pourvu qu’ils soient disponibles). Le groupe se réunit intentionnellement aussi souvent que nécessaire pour célébrer les succès et aider à gérer les tâches de la vie quotidienne. Le réseau croîtra et changera au fil du temps selon les allées et venues des membres.

Les membres du réseau de soutien peuvent aider la personne atteinte de l’ETCAF à tous les égards. Il appartient à la personne qui demande de l’aide et aux membres du réseau de décider de l’aide à fournir et de choisir ceux et celles qui la fourniront. Voici certains exemples d’activités quotidiennes dans le cadre desquelles d’autres réseaux ont aidé des personnes atteintes de l’ETCAF :

  • élaborer des buts et des plans pour l’école, l’emploi ou le travail bénévole;
  • se rendre à l’école, au travail (rémunéré ou non), à l’épicerie, etc.;
  • trouver un logement abordable et sécuritaire;
  • trouver de bons colocataires;
  • s’occuper du nettoyage ou de l’organisation à la maison;
  • élaborer la structure de chaque journée et les routines pour les tâches et activités quotidiennes;
  • expliquer des choix, prédire des résultats et prendre des décisions;
  • accomplir des tâches;
  • établir un budget, effectuer des opérations bancaires, payer les factures, manipuler l’argent, magasiner et payer l’impôt sur le revenu;
  • décider quand des soins médicaux sont nécessaires;
  • s’occuper des enfants;
  • se rendre à l’église ou à d’autres cérémonies religieuses;
  • sortir avec les amis, aller prendre un café, ou participer à d’autres activités de loisirs;
  • trouver de nouvelles personnes dignes de confiance, engagées et disposées à se joindre au réseau. 

Comment le réseau est-il créé?

  • La personne atteinte de l’ETCAF ou une personne en qui elle a confiance invite les membres potentiels à une réunion informelle  pour discuter du concept d’un réseau.
  • Si la personne atteinte de l’ETCAF est d’accord, une séance de planification est organisée; pendant cette séance, chaque personne qui fait partie du réseau s’engage à fournir un soutien particulier sur une période déterminée.
  • Le réseau se réunit habituellement une fois par mois (ou, au besoin, plus souvent) pour voir comment se portent tous et chacun, pour célébrer les succès et pour se concentrer sur les solutions aux problèmes qui sont apparus. Parfois, les membres du réseau effectuent une rotation de tâches particulières qui sont plus difficiles ou chronophages, afin que personne ne s’épuise.
  • Le succès d’un réseau de soutien dépend du consentement de la personne atteinte de l’ETCAF à recevoir un soutien. La personne atteinte de l’ETCAF a le dernier mot sur tout et peut ne pas toujours accepter le soutien ou les conseils qui lui sont donnés. Cela peut être difficile à accepter pour les membres du réseau — il s’agit d’une expérience d’apprentissage pour tous.