L'ETCAF et le Système de Justice

Les comportements secondaires « se développent à la longue quand il y a une inadéquation chronique entre la personne et son milieu. Les comportements défensifs sont une réaction de protection normale contre la frustration… par définition, ces comportements sont évitables lorsque la personne est en harmonie avec son milieu. » (Malbin, D., 2004).

Une mauvaise conception des causes et de leurs effets, l’incapacité de prévoir les conséquences de ses actes et l’incapacité de changer d’attitude dans des situations différentes font qu’une personne atteinte de l’ETCAF risque d’avoir davantage de démêlés avec la loi. En 2004, Streissguth et ses collaborateurs ont étudié 415 personnes atteintes du SAF ou du SAFp et ont découvert que 60 % d’entre elles avaient des démêlés avec la loi, 50 % avaient été incarcérées, 49 % s’étaient livrées à un comportement sexuel inapproprié et 35 % avaient des problèmes de consommation d’alcool ou de drogue; 80 % n’avaient pas été élevées par leur mère biologique (Streissguth, A., 2004).

Les personnes atteintes de l’ETCAF sont également sensibles à la manipulation. De fausses confessions, l’acquiescement, la difficulté à comprendre des mises en garde simplifiées et le consentement ont tous été relevés comme des problèmes qui sont influencés par la sensibilité à la manipulation (Clark, E., 2004).

Les délinquants qui présentent de nombreux comportements secondaires devraient être évalués en vue de relever la présence de l’ETCAF. Divers comportements peuvent donner des indices utiles pour identifier les points d’intervention et de soutien à l’intention de délinquants particuliers à des fins de réhabilitation ou de correction

Comportements secondaires PDF (en anglais seulement)